Goldilocks and the Three Bears

Find out more
about the contributors

Goldilocks and the Three Bears

A traditional French Story retold by Marie-Chantal


Il était une fois une jeune fille aux belles boucles dorées qui habitait avec son papa et sa maman une maisonnette à l’orée du bois.

Un beau matin, Boucle-d’Or se réveilla, le soleil rayonnait par sa fenêtre. Voyant la journée si belle, elle sauta hors du lit et descendit rejoindre sa mère au pas de course. 

« Il est encore très tôt », dit sa mère. « Va donc te promener et cueillir des mûres. On en fera une tarte ce soir. »

Alors Boucle-d’Or s’en alla, gambadant dans les bois avec son panier pour ramasser les mûres. « Quelle belle journée », pensa-t-elle, chantonnant des airs et s’enfonçant de plus en plus dans les bois.    

Peu de temps plus tard, elle commença à avoir faim et la fatigue se fit sentir. Cet alors, que de l’autre côté de la clairière, elle remarqua une petite maison. Boucle d’Or s’approcha de la maison et frappa à la porte. Pas de réponse. Elle poussa doucement la porte et, à sa surprise, celle-ci s’ouvrit.

« Il y a quelqu’un ? » demanda Boucle-d’Or. Mais aucune réponse ne lui parvint.

Dans l’ouverture de la porte, on pouvait apercevoir une cuisine confortable, et, sur la table, Boucle-d’Or vit trois bols de chocolat chaud, chacun d’entre-eux avait sa propre cuillère. Le chocolat laissait échapper une odeur délicieuse et donna très faim à Boucle-d’Or. Elle appela encore, mais toujours pas de réponse. La petite fille hésita tout juste un instant, mais ne put résister à l’envie d’entrer. 

Une fois entrée, elle remarqua que les trois bols étaient tous de tailles différentes. Il y avait un grand bol, un bol moyen et un petit bol. 

Boucle-d’Or prit la grosse cuillère en premier, la plongea dans le grand bol et goûta le chocolat chaud. « Aïe! » s’exclama-t-elle. Le chocolat était très, très chaud et lui brûla les lèvres. 

Puis, Boucle-d’Or s’approcha du bol de taille moyenne. Elle en prit la cuillère et la trempa dans le chocolat. «Oooh », dit Boucle-d’Or, « celui-ci aussi est encore trop chaud. »

Ensuite, Boucle-d’Or se rapprocha du plus petit bol. Elle prit la petite cuillère, le plongea dans le chocolat chaud, puis, la porta à ses lèvres. «Parfait, » pensa-t-elle, alors elle porta le bol de chocolat chaud à sa bouche et en avala le contenu jusqu’à la dernière goutte.

Soudain, Boucle-d’Or fut prise de fatigue. Elle fit le tour de la cuisine avec les yeux et remarqua qu’il y avait trois chaises. Une grande chaise, une moyenne chaise, et une petite chaise.

La jeune fille essaya la grand chaise en premier, mais elle était bien trop dure. Elle ne pouvait s’installer confortablement. Puis, Boucle-d’Or essaya la moyenne, mais elle la trouva bien trop molle et ne pouvait pas non plus s’installer confortablement. Finalement, elle essaya la plus petite. La plus petite était très confortable, bien qu’elle soit un peu trop petite pour la jeune fille. Il y eu un grincement, un craquement et la petite chaise se cassa en mille morceaux. Boucle-d’Or se retrouva par terre en un boom !

La jeune Boucle-d’Or était encore bien fatiguée après son petit-déjeuner, elle décida donc de monter à l’étage pour trouver un endroit où s’allonger.

En haut, elle trouva trois chambres, et trouva dans chacune d’elles, un lit, tous de tailles différentes. Il y avait un grand lit, un lit moyen et un petit lit. Boucle-d’Or essaya de grimper dans le grand lit, mais il était bien trop haut. Puis, elle tenta de grimper dans le moyen, mais il était aussi trop haut pour elle.

Enfin, finalement, Boucle-d’Or s’approcha du petit lit. Celui-là n’était pas trop haut du tout. Il était juste bien. Alors, la jeune fille grimpa dedans, se couvrit et s’endormit.

Peu de temps après que Boucle-d’Or se soit endormie, les propriétaires de la maisonnette rentrèrent : Papa Ours, Maman Ours et Bébé Ours. La famille Ours était allée se promener dans les bois en attendant que, sur la table de la cuisine, leurs chocolats chauds refroidissent. Ils avaient maintenant une faim de loup. 

« Tiens, tiens.. », dit Papa Ours, avec sa grosse voix, « On dirait que quelqu’un a touché à mon bol ! »

« Et quelqu’un a touché à mon bol aussi », dit Maman Ours. 

Et Bébé Ours se mit à pleurer. « Quelqu’un a touché à mon bol, et ils ont bu tout mon chocolat chaud, et il n’y en a même plus une larme pour moi ! »

Papa Ours parcouru la cuisine des yeux et dit avec sa grosse voix, « Quelqu’un s’est assis sur ma chaise ! »

Et Maman Our ajouta, « Quelqu’un s’est assis sur ma chaise ! »

Puis, Bébé Ours renchérit, « Quelqu’un s’est assis sur ma chaise et l’a cassé ! »

« Mais qui aurait bien put faire une chose pareille ? », se demandèrent-ils. Les trois ours décidèrent, alors, d’aller voir à l’étage. 

« Et bien », dit Papa Ours dans sa grosse voix, « quelqu’un a essayé de grimper dans mon lit, mais il est vide. »

« Et quelqu’un a essayé de monter dans mon lit aussi » , dit Maman Ours.

Puis Bébé Ours fondit en sanglot, « Papa, Maman, quelqu’un est monté dans mon lit, et cette personne y est encore ! »

Papa Ours et Maman Ours accoururent jusqu’à la chambre de Bébé Ours, et là, ils virent Boucle-d’Or, endormie, dans le lit de Bébé Ours.

Found in bedBoucle-d’Or se réveilla en sursaut, les trois ours penchés au-dessus d’elle. Elle fut prise de peur, craignant que les ours ne soient en colère.

Sans hésitation aucune, Boucle-d’Or descendit, tant bien que mal, du lit et sauta par la fenêtre. Puis, elle s’enfuit dans les bois, en direction de chez elle.

La jeune fille l’ignorait, mais les ours qui habitaient la petite maison dans les bois étaient très gentils et amicaux et, quoi qu’il arrive, ils n’auraient jamais fait de mal à Boucle-d’Or.