KidsOut World Stories

La Tortue et le Singe David Heathfield    
Previous page
Next page

La Tortue et le Singe

A free resource from

Begin reading

This story is available in:

 

 

 

 

La Tortue et le Singe

Une histoire d’origine philippine

 

banana

 

 

 

 

 

*

Le Singe se tenait au bord du lac. Sur un arbre qu’elle avait attrapé pendant les inondations, la Tortue était en train de nager à contre-courant. C’était un jeune arbre.

« Hé Le Singe, regarde, j’ai attrapé un bananier ! Le Singe, pourrais-tu m’aider à le trainer vers la clairière et le planter ? Il poussera et produira des bananes sucrées. »

La Tortue tira l’arbre sur le sol par sa lourde extrémité, par ses racines et son tronc. Le Singe ne tenait l’arbre que par les quelques feuilles vertes à son extrémité.

Quel singe paresseux !

Quand la Tortue n’était pas en train de regarder, le singe sauta sur les feuilles. Le Singe est agile, le Singe est rapide, le Singe est farceur. La Tortue le tira jusqu’à la clairière.

La Tortue creusa un trou. Elle poussa l’arbre jusque dans le trou et combla le trou de terre. « Bientôt, cet arbre poussera, » dit-elle « Nous nous occuperons tous les deux de l’arbre. Nous l’arroserons. Nous enlèverons les mauvaises herbes qui l’entoureront. Nous partagerons les bananes. »

« Partager l’arbre ? » « Très bien. » Le Singe monta jusqu’à la moitié de l’arbre, juste en dessous de là où poussaient les feuilles vertes ; et avec ses puissantes mains, il cassa le sommet de l’arbre et s’enfuit avec en riant.

Il pencha la moitié de l’arbre jusqu’au sol qui était humide. Il aurait bientôt des bananes, pensait-il.

La Tortue pencha l’autre moitié de l’arbre. Il n’avait pas verdi.

La Tortue est sage, la Tortue est patiente, la Tortue savait ce qu’elle faisait.

Le temps passait, et la moitié inférieure de l’arbre commençait à virer au vert. Les feuilles apparurent et les bananes vertes commencèrent à pousser.

Sur la moitié de l’arbre qui appartenait au Singe, apparaissaient des feuilles qui avaient fanées ainsi que des feuilles mortes. Il n’y avait plus rien.

La Tortue travaillait dur : elle enlevait les mauvaises herbes et arrosait l’arbre. Et maintenant, l’arbre était devenu grand, long et des grappes de bananes y pendaient.

« Oh, Le Singe, ne voudrais-tu pas m’aider ? Grimpe à l’arbre et va me chercher les bananes. Je ne peux pas grimper à l’arbre. »

Le Singe est agile, le Singe est rapide, le Singe est farceur. Et hop ! Il grimpa tout en haut de l’arbre et prit une banane, la pela et mangea le délicieux fruit. Il jeta la peau de la banane sur la carapace de la Tortue. Le Singe prit une autre banan banane et la mangea, et jeta la peau de la banane sur la carapace de la pauvre Tortue. Et cela, banane après banane.

Le Singe est agile, le Singe est rapide, le Singe est farceur. Cependant, sans que le Singe ne s’en fût aperçu, la Tortue alla chercher des épines et les plaça autour du tronc du bananier.

La Tortue est sage, la Tortue est patiente, la Tortue savait ce qu’elle faisait.

Lorsque le Singe eût fini de manger et qu’il fût devenu gros, qu’il eût mangé toutes les bananes jaunes, il sauta de l’arbre, « Aïe, aïe, aïe ! » s’exclama-t-il.

Comme il s’enfuyait, les épines pointues étaient toujours coincées dans ses pieds. Il s’est assis et les a enlevées l’une après l’autre. Il était très en colère. Il courut rapidement vers la tortue et il l’a prise dans ses bras.

« Je vais t’amener jusqu'aux falaises pour casser ta carapace sur les rochers jusqu'à ce qu'elle casse ! Je vais te porter au sommet de la montagne de feu pour te jeter dans les flammes ! »

« Oui, ça va, » dit la tortue. « Jette-moi dans les flammes et casse ma coquille comme tu veux mais, je te supplie de ne pas me jeter dans le torrent du lac. »

« Alors, c’est ça que tu crains ! » dit le Singe.

Le Singe courut vers le bord du lac avec la Tortue dans ses bras et il la jeta en l’air. Après quelques instants, la Tortue fit un grand plouf en touchant l’eau. Elle plongea dans l’eau et le singe ne pouvait plus la voir.

Soudain la Tortue flotta à la surface de l’eau en riant ...

« Ah, le Singe, ne savais-tu pas que les tortues aiment bien nager dans les lacs ? »

La Tortue est sage, la Tortue est patiente, la Tortue savait ce qu’elle faisait. Et voilà ! La tortue est partie.

Mais, qu’en est-il du bananier ?

La tortue et le singe n’ont pas travaillé ensemble et l’arbre a été envahi par les mauvaises herbes.

Plus de bananes !

Enjoyed this story?
Find out more here