KidsOut World Stories

Amis pour la Vie    
Previous page
Next page

Amis pour la Vie

A free resource from

Begin reading

This story is available in:

 

 

 

 

Amis pour la Vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 *

C'est dans une épaisse et sombre forêt de Nouvelle-Zélande que vivait une petite larve prénommée Aaron. Il était petit et blanc et c'est en tortillant son petit corps qu’il se déplaçait. Il avait la chance de partager une branche avec son meilleur ami Chris, qui était lui aussi une larve.

Ils étaient tous les deux différents de plusieurs façons. Chris mangeait beaucoup de feuilles alors qu’Aaron n'aimait pas ça. Aaron n'aimait pas dormir la nuit et Chris le contraire, mais puisque son meilleur ami dormait la nuit, il faisait la même chose. Ils aimaient tout faire ensemble car c'est ce que font les meilleurs amis. Ils jouaient toute la journée à leur jeu préféré: faire la course jusqu'au bout de la branche, en riant sans cesse.

Un matin, le comportement de Chris se mit à changer.

—Je me sens un peu courbaturé aujourd'hui, dit-il dans un bâillement. Aaron tenta de l’attirer vers l'autre bout de la branche avec sa feuille préférée mais Chris était trop fatigué.

Le ciel d'après-midi s’assombri et de grosses gouttes de pluie tombèrent. Très vite, on aurait pu croire que la forêt chuchotait sous la pluie.

—Chris! T'as vu ça? Un éclair! lui dit Aaron.

En se tournant vers son ami il remarqua quelque chose d’anormal. La peau de Chris était devenue toute dure, comme une coquille. Aaron le secoua doucement mais il ne bougea pas.

—Chris! s’écria-t-il. Il entendit un profond ronflement provenant de la coquille, comme si il y dormait et même le fracas du tonnerre ne pouvait perturber le sommeil de son ami.

Le cœur d’Aaron battait la chamade, mais il devait être courageux.

—Chris tu es mon meilleur ami, lui dit-il, je resterai à tes côtés jusqu'à ce que tu ailles mieux.

Aaron ne le quitta pas d'un poil. Le lendemain matin, malgré qu’il lui ait apporté sa feuille préférée, Chris ne se réveilla pas. Sans son meilleur ami et leurs petites habitudes, Aaron ne mangeait plus de feuilles mais des insectes. Il était surpris de les trouver si délicieux.

Il aura suffit de peu de temps pour qu’Aaron grandisse et devienne plus robuste, et il se couchait de plus en plus tard. Une nuit, alors que le ciel était dégagé, il put apercevoir le Croix du Sud. Il aimait cette constellation mais son ami lui manquait.

Sept jours plus tard, Aaron remarqua à nouveau quelque chose d'étrange. Une petite lumière, comme une étoile, provenant de deux arbres plus loin lui fit signe. Puis une autre, et encore une autre. Il regarda de plus près et s’immobilisa. Était-ce une voix qu'il venait d’entendre? Il resta immobile.

Le matin suivant, Aaron se réveilla dans un sursaut. La coquille bougeait! Elle craqua, puis se brisa et fit place à quelque chose d’inattendu.

—Chris! Tu es un papillon! s’exclama Aaron.

Chris gloussa.

—J’ai besoin d'étirer mes ailes!

Avec ces mots, il prit son envole. Aaron le regarda s’en aller et une drôle de sensation le prit au ventre. Il ne pouvait pas le suivre. Il pouvait seulement faire la course jusqu'au bout de la branche. Est-ce que Chris voudra encore faire la course avec lui, comme au bon vieux temps? La drôle de sensation dans son ventre lui monta à la gorge et il se mit à pleurer.

Il pleura, sans s'arrêter, jusqu'au coucher du soleil et jusqu'à épuiser ses larmes.

—Est-ce que tout va bien? demanda une voix deux arbres plus loin.

Aaron s’immobilisa. Les petites lumières brillaient à nouveau. Il déglutit et resta immobile. Il ne voulait pas qu'on le voit. Tout à coup, quelqu'un lui tapota dans le dos et surpris, il sursauta.

—Aaron, c'est moi!

Il fut tout à coup plus détendu quand il vit que c'était Chris.

—Chris, je suis si content de te voir! Comment m’as-tu trouvé dans le noir? J'ai entendu une voix qui vient de là bas et je me cache depuis sans bouger.

Chris sourit.

—Aaron, ne vois-tu pas? Tu luis! Je te vois depuis la lisière de la forêt! Tu es un ver luisant!

Aaron fit les gros yeux.

—Mais c'est vrai, lui dit Chris, et il y en a d'autres comme toi dans cet arbre que tu vois là bas. Ils tentent de te faire signe depuis quelques temps. Ils veulent que tu sois leur ami!

Aaron ria mais se souvint pourquoi il était si triste.

—Chris, si tu es un papillon et moi un ver luisant, est-ce qu’on pourra toujours être amis? Les papillons ont des ailes alors que les vers luisants ont des filaments. Tu te lèves avec le soleil et moi quand il se couche. Comment peut-on être toujours amis?

—Bien sûr qu'on restera amis gros bêta, lui dit Chris. On sera amis pour la vie car les vrais amis trouvent toujours des solutions.

Et depuis ce jour, au lever et au coucher du soleil, Chris et Aaron font la course jusqu'au bout de la branche, en riant sans cesse.

Enjoyed this story?
Find out more here