KidsOut World Stories

Plus tard ! Maria Baker    
Previous page
Next page

Plus tard !

A free resource from

Begin reading

This story is available in:

 

 

 

 

 

Plus tard !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chaque jour, Oscar faisait les choses à sa façon. Oscar mangeait ce qu’il voulait, jouait aux jeux qu’il voulait quand il en avait envie et dormait quand il le voulait. Lorsque sa mère lui demandait de ranger ou de venir dîner, il répondait « plus tard ! » et continuait ce qu’il était en train de faire.

Un jour, Oscar rentra tard de l’école après avoir joué au parc avec ses meilleurs amis.

« Je suis rentré ! » dit-il en bâillant, en arrivant dans l’entrée. Il était épuisé après avoir joué tout l’après-midi.

« Coucou mon cœur ! » répondit la mère d’Oscar.

Oscar s’en alla faire la prochaine chose sur sa liste quotidienne. Il attrapa une brassée de friandises dans le placard puis joua aux jeux vidéo jusqu’à ce que le soleil soit couché. La pièce autour de lui devint extrêmement sombre. La seule source de lumière provenait de la télé qui faisait un vacarme.

« Oh, allez ! » s’exclama Oscar en jetant la manette sur le canapé. Il attrapa une poignée de chips. La moitié tomba en miettes avant même qu’il ne les mette dans sa bouche.

« Donnez-moi une chance ! » cria-t-il à ses amis dans le jeu. Ils répondirent avec des grognements bruyants.

« Oscar ! » appela sa mère depuis la cuisine.

Il ne répondit pas.

« Les gars, venez par ici ! » cria-t-il à l’écran.

« Oscar ! » répéta sa mère.

Elle avait crié plus fort cette fois, et elle semblait fatiguée.

« Quoi ?! » Oscar arracha son casque.

« Le dîner est prêt ! »

Oscar roula des yeux en remettant son casque et s’installa sur le canapé.

« Plus tard ! » répondit-il.

Plus tard, la mère d’Oscar entra dans sa chambre. Elle apportait une assiette de nourriture pour son dîner. Elle s’arrêta soudain sur le pas de la porte.

« Oscar, peux-tu nettoyer cette pagaille ? »

Plus Oscar avait mangé, plus de miettes s’étaient éparpillées autour de lui. Il était entouré de papiers d’emballage et des boîtes vides s'empilaient sur le canapé.

Oscar regarda sa mère en faisant une grimace.

« Plus tard ! » cria-t-il par-dessus le bruit du jeu vidéo.

Sa mère laissa échapper un soupir tout en commençant à nettoyer le désordre.

Le lendemain, Oscar rentra à la maison, frustré et en colère car il avait rencontré des difficultés avec un contrôle à l’école. Il décida de se faire plaisir avec une part de gâteau.

Juste au moment où Oscar s'apprêtait à prendre sa première bouchée, sa mère l’appela depuis la pièce d’à côté. Il soupira, reposa le gâteau et alla parler à sa mère.

Elle avait l’air sévère, les bras croisés. L’enveloppe qu’Oscar venait de rapporter à la maison était déchirée et elle tenait une lettre à la main.

« Oscar, il faut que nous discutions de quelque chose qui s’est passé à l’école. »

Elle lui fit signe de s’asseoir à côté d’elle.

Oscar avala sa salive et s’assit. Il pensait savoir ce qui l’attendait.

« Oscar, j’ai lu cette lettre de ta professeure. Elle dit que tu as triché sur tes contrôles et que tu as copié le travail de ton ami. »

Oscar se mit soudain en colère. Il avait seulement copié parce qu’il n’avait rien compris.

« Mais il m’a laissé copier ! » Il poussa un soupir de dépit et croisa les bras.

Sa mère soupira aussi puis lui fit un petit sourire.

« Ce n’est pas grave, Oscar. Si tu as du mal, je peux t’aider. Commençons ce soir, d’accord ? »

Oscar était fatigué et il en avait marre. D’abord, sa professeure l’avait dénoncé à sa mère et maintenant sa mère prenait le parti de sa prof ! Pourquoi ne pouvait-elle pas rester en dehors de tout ça ?

Il se leva d’un bond, ses poings serrés à ses côtés.

« Plus tard ! » s’exclama-t-il. Il courut dans sa chambre.

Plus tard cette nuit-là, Oscar grogna pendant qu’il remuait et se retournait dans son lit. Il n’arrivait pas à dormir.

Pourquoi fallait-il que tout le monde lui demande toujours de tout faire ? Pourquoi personne ne le laissait faire ce qu’il voulait ? Il souhaitait que tout le monde le laisse tranquille. Il se jura qu’à l’avenir il ferait tout pour lui, même si cela impliquait de tricher dans ses contrôles.

Cette nuit-là, Oscar rêva qu’il mangeait ses friandises préférées et jouait toute la journée au parc avec ses meilleurs amis.

Le lendemain, Oscar se réveilla d’un sommeil profond. Un orage grondait au dehors. La pluie fouettait à sa fenêtre.

« Maman ? » appela Oscar à travers la maison silencieuse.

Il n’y eu pour toute réponse que le silence.

Il descendit les escaliers en courant, mais il n’y avait personne. Oscar haussa simplement les épaules, il arrivait parfois que sa mère soit appelée au travail à la dernière minute. Elle lui laissait normalement une note pour lui dire qu’elle avait préparé son petit-déjeuner préféré et l’avait laissé sur le plan de travail. Il regarda partout, mais il ne trouva ni note, ni petit-déjeuner.

« Tant pis » se dit Oscar à haute voix. Il attrapa ses friandises préférées pour son petit-déjeuner.

À contre cœur, Oscar s’en alla à l’école, se souvenant qu’un nouveau contrôle l’attendait ce jour-là. Lorsqu’il arriva en classe, il s'aperçut que l’ami sur lequel il avait l’habitude de copier n’était pas là. Il n’avait pas prévenu Oscar qu’il ne serait pas présent. Il semblait qu’il n’avait pas non plus prévenu les professeurs ; ils n’avaient aucune idée d’où il était quand Oscar leur posa la question.

Oscar n’était toujours pas très content en rentrant à la maison après l’école ce jour-là. Il était soucieux à cause du contrôle. Oscar détestait la pluie mais elle n’avait pas l’air de vouloir s’arrêter. La pluie faisait qu’il ne pouvait pas rester dehors pour jouer, mais l’ami avec qui il voulait passer du temps avait disparu lui aussi. Donc, il n’y avait personne pour jouer avec lui de toute façon.

« Bon, au moins je suis à la maison maintenant », pensa-t-il.

« Je suis rentré ! » annonça-t-il à la maison vide.

Sa mère était toujours introuvable.

Le sourire d’Oscar s’effaça de son visage. C’était étrange. Normalement, sa mère faisait venir quelqu’un pour s’occuper de lui quand elle était absente trop longtemps.

Il décida de ne pas y penser.

« Je m’inquiéterai de ça plus tard », se dit-il.

Il commença à jouer à son jeu vidéo préféré. Il mangea pleins de friandises, sauta le dîner et alla se coucher tard ce soir-là.

Le matin arriva. Le vent et la pluie frappaient et fouettaient plus fort encore sur la fenêtre d’Oscar.

« C’est samedi ! » Oscar se réveilla avec un sourire excité. Il se souvenait que lui et sa mère avaient prévu depuis plusieurs semaines une sortie pour ce jour-là.

Il descendit les escaliers en courant mais s’arrêta soudainement lorsqu’il ne vit personne. Il commença enfin à s’inquiéter. Ce jour-là, Oscar chercha partout où sa mère aurait pu aller. Il appela tous les endroits qu’il connaissait mais personne ne répondit. Il demanda en ville, mais personne n’était dehors à cause de la pluie. Parmi toutes les personnes qu’Oscar connaissait et arriva à trouver, aucune n’avait vu sa mère.

Désespéré, Oscar rentra à la maison. Alors qu’il cherchait quelque chose à manger dans le désordre de la cuisine, il réalisa qu’il était en train de pleurer. La maison était dans un état épouvantable. Oscar n’était même pas capable de trouver ses jouets préférés dans tout ce chaos.

Oscar était trop contrarié pour dormir cette nuit-là. Il regardait le ciel par la fenêtre.

« Je suis désolé. Je suis tellement désolé, dit-il tout haut. Je ne voulais pas que tous ceux qui se soucient de moi s’en aillent. Je voulais une pause, mais pas comme ça ! Je voudrais que tout redevienne normal. S’il vous plaît, s’il vous plaît, je ne voulais pas que ça se passe comme ça. »

Le lendemain matin, le soleil brillait vivement sur le visage endormi d’Oscar. Il se réveilla en se sentant reposé. Pendant un moment, il avait tout oublié. Soudain, il se souvint.

Oscar descendit les escaliers en courant deux marches à la fois, essayant de ne pas trébucher tout en appelant sa mère.

Il s’arrêta sur le palier en la voyant. Elle sourit alors qu’il courait vers elle pour la serrer dans ses bras.

« Tu es de retour ! Tu es de retour ! » cria-t-il.

Elle rit en le serrant fort dans ses bras. « Tu as fait un cauchemar mon cœur ? »

Il secoua la tête en la serrant plus fort dans ses bras et elle rit plus fort.

Ce rire avait vraiment manqué à Oscar.

« Allez, viens. C’est vendredi, il faut que tu te prépares pour aller à l’école sinon tu seras encore en retard. »

Oscar l’embrassa sur la joue.

« Plus tard ! » était sur le bout de sa langue. C’était une vieille habitude. Cependant, il prit une profonde inspiration et dit : « D’accord ! Je vais me préparer maintenant. »

Enjoyed this story?
Find out more here