KidsOut World Stories

Le Singe et le Crocodile    
Previous page
Next page

Le Singe et le Crocodile

A free resource from

Begin reading

This story is available in:

 

 

 

 

 

Le Singe et le Crocodile

 

 

 

 

 

 

 

 

 

*

 

Il était une fois un singe qui vivait dans un arbre au bord d’une rivière. Le singe vivait seul car il n’avait pas d’amis ou de famille mais il était heureux et satisfait. L’arbre lui fournissait en abondance de délicieuses prunes de Java dont il pouvait se nourrir. Il lui permettait aussi de se protéger du soleil et de la pluie.

Un jour, un crocodile remontait la rivière en nageant. Il grimpa sur la berge pour se reposer sous l’arbre du singe.

« Bonjour, appela le singe qui était un animal amical.

– Bonjour, répondit le crocodile surpris. Sais-tu où je pourrais trouver de la nourriture ? demanda-t-il. Je n’ai rien mangé de la journée et j’ai faim. »

Peut-être penses-tu que le crocodile aurait voulu manger le singe, mais c’était un crocodile très aimable et gentil, et l’idée ne lui traversa pas l’esprit.

« J’ai plein de fruits sur mon arbre. Veux-tu y goûter ? » dit le singe qui était aussi très gentil.

Il lança quelques prunes de Java au crocodile. Les crocodiles ne mangent normalement pas de fruits, mais celui-ci avait tellement faim qu’il dévora toutes les prunes de Java. Il adora le goût doux et acidulé du fruit et la chair rose fit virer sa langue au violet.

« Reviens dès que tu veux plus de fruits », dit le singe quand le crocodile eu mangé tout ce qu’il voulait.

Bientôt, le crocodile commença à rendre visite au singe tous les jours. Les deux animaux devinrent bons amis. Ils discutaient, se racontaient des histoires et mangeaient pleins de prunes de Java ensemble.

Un jour, le crocodile parla au singe de sa femme et de sa famille.

« Prends aussi des fruits pour ta femme lorsque tu repartiras aujourd’hui, je t’en prie », dit le singe.

La femme du crocodile adora les prunes de Java. Elle n’avait jamais rien mangé de si délicieux mais elle n’était pas aussi aimable et gentille que son mari.

« Imagine comme le singe doit être délicieux puisqu’il mange ces prunes de Java tous les jours », dit-elle à son mari.

Le gentil crocodile essaya d’expliquer à sa femme qu’il ne pouvait pas manger le singe.

« C’est mon meilleur ami », dit-il.

L’avide femme du crocodile ne voulut rien entendre. Pour convaincre son mari de faire ce qu’elle voulait, elle fit semblant d’être malade.

« Je meurs et seul le délicieux cœur d’un singe pourra me guérir ! pleura-t-elle auprès de son mari. Si tu m’aimes, tu attraperas ton ami le singe et tu me laisseras manger son cœur. »

Le pauvre crocodile ne savait pas quoi faire. Il ne voulait pas manger son ami mais il ne pouvait pas laisser mourir sa femme.

Enfin, il prit sa décision. Lorsqu’il rendit visite au singe la fois suivante, il lui demanda de venir rencontrer sa femme, car elle voulait le remercier en personne pour les délicieuses prunes de Java.

Le singe était très content mais dit qu’il ne pouvait pas l’accompagner car il ne savait pas nager.

« Ne t’en fais pas pour ça, dit le crocodile. Je te porterai sur mon dos. »

Le singe accepta et sauta sur le dos du crocodile.

Ainsi les deux amis avancèrent dans la rivière large et profonde.

Lorsqu’ils se furent éloignés de la rive et de l’arbre, le crocodile dit :
« Je suis vraiment désolé mais ma femme est très malade et elle dit que le seul remède est un cœur de singe. J’ai bien peur de devoir te tuer, même si nos conversations me manqueront. »

Le singe réfléchit rapidement et dit : « Mon cher ami, je suis désolé d’apprendre que ta femme est malade. Je suis content de pouvoir l’aider mais j’ai laissé mon cœur dans l’arbre. Penses-tu que nous pourrions faire demi-tour pour que j’aille le chercher ? »

Le crocodile crut le singe. Il fit demi-tour et nagea rapidement vers l’arbre. Le singe sauta de son dos et grimpa se mettre en sécurité dans son arbre.

« Je pensais que tu étais mon ami, cria-t-il. Ne sais-tu pas que nous portons notre cœur en nous ? Je ne te ferai plus jamais confiance, ni ne te donnerai de fruits de mon arbre. Va-t’en et ne reviens pas. »

Le crocodile se sentit stupide. Il avait perdu un ami et une source de fruits délicieux. Le singe s’était sauvé lui-même car il avait réfléchi rapidement. À partir de ce jour, il ne fit plus jamais confiance aux crocodiles.

Enjoyed this story?
Find out more here