KidsOut World Stories

La soupe au caillou Anam Peeram    
Previous page
Next page

La soupe au caillou

A free resource from

Begin reading

This story is available in:

 

 

 

 

La soupe au caillou

a pot of soup

 

 

 

 

 

 

 

Il était une fois, dans un village près d’un ruisseau, un soldat au grand cœur qui marchait dans une ruelle poussiéreuse. Ses mouvements étaient lourds parce qu’il avait marché toute la journée et tout ce qu’il désirait, c’était un bon repas chaud. Alors qu’il arrivait près d’une petite maison charmante au bord de la route, il se dit : « la personne vivant là doit avoir un peu de nourriture à partager avec un voyageur affamé comme moi, je vais aller lui demander ».

Ainsi, le soldat remonta le chemin pavé vers la porte en bois, passa près des choux et des pommes de terre, passa près des oignons et des carottes. Une fois arrivé devant la maison, il leva la main pour frapper quand soudainement la porte s’ouvrit. De l’autre côté, se tenait un vieil homme, les mains sur les hanches et les sourcils froncés. « Que voulez-vous ? » demanda le vieil homme grossièrement.

Mais le soldat lui sourit quand même. « Bonjour, je suis un soldat d’un village pas loin d’ici. Je viens vous demander si vous avez un peu de nourriture pour moi ».

Le vieil homme regarda le soldat de haut en bas et répondit brusquement : « Non, allez-vous-en ! »

Cela ne découragea pas le soldat qui sourit de nouveau et hocha la tête. « Je vois, je demande seulement quelques ingrédients de plus pour ma soupe au caillou, mais je suppose que je la mangerai nature alors. Ce sera quand même délicieux ! »

Le vieil homme fronça à nouveau les sourcils. « Une soupe au caillou ? » demanda-t-il.
« Oui monsieur » répondit le soldat, « bon, excusez-moi ».

Le soldat se dirigea vers le milieu du chemin et sortit un chaudron en fer de son manteau. Une fois qu’il l’eut rempli d’eau, il commença à faire un feu en dessous. Puis, de manière cérémonieuse, il sortit d’un sac en soie un caillou tout à fait banal et le jeta doucement dans l’eau.

Le vieil homme regardait tout cela de sa fenêtre, déconcerté. « Une soupe au caillou ? » se demanda-t-il, « mais ça n’existe pas ». Après avoir regardé le soldat remuer l’eau avec un petit bâton, le vieil homme sortit et demanda au soldat « Qu’est-ce que vous faites ? »

Le soldat sentit la vapeur qui sortait du chaudron et se lécha les lèvres en prévision, « Ah, il n’y a rien de meilleur qu’une bonne soupe au caillou ». Il leva ensuite les yeux vers le vieil homme, « bien sûr, il n’y a rien de tel qu’une soupe au caillou avec un peu de sel et de poivre ».

Hésitant, le vieil homme rentra dans sa maison et revint avec du sel et du poivre, les tendant lentement au soldat.

« Parfait ! » cria le soldat en les saupoudrant dans le chaudron. Il mélangea une fois de plus avant de regarder à nouveau le vieil homme, « mais vous savez, une fois, j’ai goûté cette étonnante soupe au caillou avec du chou ».

Le vieil homme s’approcha alors de ses choux, cueillit le plus mur, puis l’offrit au soldat. « Oh c’est formidable ! » s’exclama le soldat en coupant le chou et en le mettant dans le chaudron.

Il respira à fond au-dessus du chaudron et dit au vieil homme, « vous savez, avec quelques carottes, ce serait une soupe digne d’un roi. »

Le vieil homme dit en réfléchissant, « je pense que je peux trouver des carottes » et il se dirigea vers ses carottes et en cueillit une poignée. Le soldat en était ravi, il les coupa et mélangea le chaudron une fois de plus.

Et ainsi, le vieil homme était de plus en plus ravi par l’odeur du chaudron, alors qu’il apportait des oignons, des pommes de terre, du bœuf et ainsi de suite. Le soldat lui aussi ajoutait des choses de son propre sac, comme des champignons et de l’orge, jusqu’à ce qu’il déclare que la soupe était prête.

Le vieil homme sourit au soldat lorsqu’il lui offrit la moitié de la soupe : « venez chez moi, j’ai du pain frais acheté à la boulangerie ce matin qui serait délicieux avec cette soupe au caillou », dit-il gentiment.

Ainsi, le vieil homme et le soldat partagèrent un merveilleux repas ensemble. Le soldat sortit une brique de lait de son sac et ils la partagèrent aussi. Le vieil homme était d’accord avec le soldat, c’était la meilleure chose qu’il avait goûtée de toute sa vie, et c’est seulement quand le soldat lui donna le sac en soie avec le caillou qu’il se rendit compte que ce n’était finalement pas le caillou qui avait rendu cette soupe délicieuse. Mais en travaillant ensemble et en étant généreux, lui et le soldat avaient réussi à élaborer un repas succulent à partager entre eux.

Enjoyed this story?
Find out more here